Nelly Davies auteur/écrivain, retour accueil

MERCREDI 25 MARS 2015 - Dédicace à MONTESSON (Yvelines).

MON PERE, JOCKEY NOIR ET CELEBRE, CET INCONNU.

Nelly Davies, aujourd’hui Ovilloise, est née à Maisons-Laffitte pendant la guerre de 39-45. Elle est la fille de James Winkfield, qui a acquis avec ses 2600 victoires la célébrité et le respect de sa couleur de peau.

Nelly ne rencontrera son père qu’à l’âge de 13 ans. Elle attendait un baiser paternel. Seule une main se tend vers elle. Mais au fil du temps, une osmose se crée entre eux, mêlée d’instants de bonheur et de frustrations aussi. Nelly fera une carrière professionnelle dans le notariat avant de se décider à écrire.

Condamné à gagner.

Nelly a gardé gravés en elle tous les souvenirs de la fulgurante carrière de son père pour rédiger son premier livre. « Il est né dans le Kentucky, en pleine période ségrégationniste. Cet Etat est le fief du cheval, et le Kentucky Derby est l’évènement annuel le plus important. Petit, mon père voyait passer les chevaux devant la ferme familiale, et il a voulu être jockey.

Avec sa couleur de peau, il lui fallait impérativement gagner pour être reconnu et éviter brimades et moqueries, ou pire. Il remporta en 1902 et 1903 le Kentucky Derby mais 2è en 1904, il laisse passer le triplé, et devient la « bête noire » du monde turfiste. C’est un tournant de sa vie, avec la rencontre d’un russe qui lui fait signer un contrat fabuleux pour rentrer à la Cour du Tsar Nicolas II dont il devient le premier jockey. A la révolution de 1917, il se réfugie à Maisons-Laffitte, mais fuit aux Etats-Unis en 41, après avoir été traité de sale nègre par les nazis qui avaient réquisitionné son Etablissement de chevaux de course Avenue Eglé ».

Ecrire avec le cœur.

Nelly confie que son éditeur lui a fait réduire de moitié le manuscrit qu’elle lui avait envoyé pour son premier livre. Elle avait tous les ingrédients pour écrire son deuxième volet. « C’est écrit avec le cœur. Je ressens ce besoin d’écrire sur cette traversée du siècle dans ce monde impitoyable, dans lequel j’ai moi aussi souffert d’être traitée de « bâtarde » avec ma couleur de peau, mais ce n’est rien à côté de ce qu’a vécu mon père qui a manqué de perdre la vue en buvant l’alcool frelaté que ses concurrents lui avaient fait boire ».

Aujourd’hui, Nelly prépare un dernier volet à sa trilogie avant de passer à autre chose.

Jehan-Jacques Peyre

Actualité